Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 janvier 2015

Musset interpelle Voltaire démentant ce siècle-ci qui s'en réclame sans en savoir grand chose ...

 vers43_landelle_001f.jpg

 

Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire.
Voltige-t-il encor sur tes os décharnés ?
Ton siècle était, dit-on, trop jeune pour te lire
Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés...

Voilà pourtant ton œuvre, Arouet, voilà l'homme
Tel que tu l'as voulu...

Et que nous reste-t-il, à nous, les déicides ?
Pour qui travailliez-vous, démolisseurs stupides,
Lorsque vous disséquiez le Christ sur son autel ?

...Vous vouliez pétrir l'homme à votre fantaisie ;
Vous vouliez faire un monde. Eh bien, vous l'avez fait. 

 

Alfred de Musset

 

Rolla

 

Poésies nouvelles (1836-1852), Charpentier, 1857. 

 

(Opportunément cité, sur son blog, par Patrice de Plunkett

Les commentaires sont fermés.