Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 août 2014

André Malraux : « L’Europe défend encore les valeurs intellectuelles les plus hautes du monde »

andre_malraux.jpg

 

« L’Europe défend encore les valeurs intellectuelles les plus hautes du monde. Et pour le savoir, il suffit de la supposer morte. Si, sur le lieu qui fut Florence, sur le lieu que fut Paris, on en était au jour où « s’inclinent les joncs murmurants et penchés », croyez-vous véritablement qu’il faudrait un temps très long pour que ce qu’ont été ces lieux illustres se retrouve dans la mémoire des hommes comme des figures sacrées ? »

 

André Malraux, Appel aux intellectuels, Discours salle Pleyel, le 5 mars 1948

 

jeudi, 21 août 2014

Jean Anouilh, L'Alouette : En somme, belle-maman, à ce que je crois comprendre, vous êtes pour confier le gouvernement aux peuples ?

anouilh.jpg

 

CHARLES * 

En somme, belle-maman, à ce que je crois comprendre, vous êtes pour confier le gouvernement aux peuples ? A ces bons peuples qui ont toutes les vertus ? Vous savez ce qu'il fait, ce bon peuple, quand les circonstances le lui offrent, le pouvoir? Vous avez lu l'histoire des tyrans ?

 

LA REINE YOLANDE

Je ne connais rien de l'Histoire, Charles. De mon temps, les filles de roi n'apprenaient qu'à filer; comme les autres.

 

CHARLES

Eh bien, moi, je la connais, cette suite d'horreurs et de cancans, et je m'amuse quelques fois à en imaginer le déroulement futur pendant que vous me croyez occupé à jouer au bilboquet... On essaiera ce que vous préconisez. On essaiera tout. Des hommes du peuple deviendront les maîtres des royaumes, pour quelques siècles - la durée du passage d'un météore dans le ciel - et ce sera le temps des massacres et des plus monstrueuses erreurs. Et au jour du jugement, quand on fera les additions, on s’apercevra que le plus débauché, le plus capricieux de ses princes aura coûté moins cher au monde, en fin de compte, que l'un de ces hommes vertueux. Donnez-leur un gaillard à poigne, venu d'eux, qui les gouverne, et qui veuille les rendre heureux, coûte que coûte, mes Français, et vous verrez qu’ils finiront par le regretter, leur petit Charles, avec son indolence et son bilboquet... Moi, du moins, je n’ai pas d'idées générales sur l'organisation du bonheur. Ils ne se doutent pas encore combien c’est un détail inappréciable. 

 

* Charles VII, à Bourges 

 

Jean Anouilh, l'Alouette - Créée le 14 octobre 1953, au Théâtre Montparnasse-Gaston Baty, Paris 

 

b19b4c84-08fc-11e0-bde6-793fceaa6002.jpg

 

Michel Bouquet, devant une photographie d'une représentation de L'Alouette (1953), de Jean Anouilh, pièce dans laquelle Suzanne Flon était sa partenaire

 

vendredi, 08 août 2014

Le conseil de Goethe

403px-Goethe_IMG_7805.jpg

 

" Ce que tu as hérité de tes pères, acquiers-le, pour le posséder"

 

Goethe, Faust, 1808

 

vendredi, 01 août 2014

Dostoïevski : "la ténuité des racines qui unissent la République au sol français" ...

images.jpg

 

" Décidément il existe chez tout républicain une conviction fort malheureuse, à savoir que le mot de « république » suffit à tout et qu’il n’y a qu’à dire que le pays est une République pour que son bonheur soit assuré de l’éternité. Tout ce qui arrive de fâcheux à la République, on l’attribue à des circonstances extérieures gênantes, à des prétendants, à des ennemis perfides. Pas une fois on ne songe à la ténuité des racines qui unissent la République au sol français."
 
Dostoïevski, Journal d'un écrivain, 1877