Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 octobre 2014

Frédéric II avait prédit à Voltaire le fanatisme de la raison, celui du XXème siècle, celui des siècles révolutionnaires

 Friedrich.jpg

 

« Nous avons connu le fanatisme de la foi. Peut-être connaîtrons-nous, mon cher Voltaire, le fanatisme de la raison, et ce sera bien pire »

 

Frédéric II

 

Voltaire, Correspondance, La Pléiade (13 tomes).

 

Commentaires

En soi la raison est une bonne chose. Que serait la vie sans elle ? La politique sans elle ? On voit le résultat aujourd'hui de cette absence dans ce pauvre pays qu'est la France en voie de paupérisation rapide. Nos gouvernants n'ont visiblement pas lu Emmanuel Kant. Le problème n'est pas la raison, mais l'usage ou le non usage qu'en font les hommes.Comme le disait déjà Schopenhauer : " Le christianisme a connu le destin de tout ce qui est noble, grand sublime, aussitôt qu'il doit subsister parmi les hommes". On pourrait en dire autant de la raison !

Écrit par : de Wargny | samedi, 04 octobre 2014

Il ne s'agit pas, bien-sûr, d'une critique du bon usage de la raison, mais d'une critique du fanatisme de la raison. Les temples de la Déesse Raison décidés par la Révolution préfigurent le totalitarisme des grandes idéologies totalitaires du XXème siècle et leurs horreurs.
Gustave Thibon citait souvent cette prophétie de Frédéric II. Il n'était pas un ennemi de la raison humaine mais de son hypertrophie. Et il était un ennemi des idéologies totalitaires forgées par l'hypertrophie de la raison humaine, lorsqu'elle perd le sens de ses limites. "Monstres sans entrailles", à l'appétit infini ...

Écrit par : Anatole | dimanche, 05 octobre 2014

Dans son commentaire, Anatole évoquant Thibon, je renchéris en rappelant que ce même philosophe aimait à préciser qu'"un fou est quelqu'un qui a tout perdu sauf la raison". Tout perdu ? c'est à dire le contact avec le réel. C'est cette Raison là, avec un grand R, celle dont la Révolution fit une déesse, qui est à craindre, non, bien sûr, l'usage de ses facultés intellectuelles.

Écrit par : Pascaud | dimanche, 12 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.